MAMADOU LAMINE DIALLO (TEKKI) : «Dans le fond donc, on assiste à un duel à distance entre Wade et Diouf comme en 2000»

Membre de la coalition ldy2019, Mamadou Lamine Diallo s’est prononcé sur le complot contre la démocratie sénégalaise éventré par l’opposition.

Selon lui, «les pays produc-teurs de pétrole ou de gaz se divisent en deux catégories. Ceux qui ont des institutions stables, la Norvège en tête et les autres dans lesquels règnent des pouvoirs autocratiques ou en transition démocratique en relation étroite avec les grandes firmes pétrolières adossées aux pays développés.Pour ceux-là, la démocratie sénégalaise doit se structurer pour garantir un par-tage de la rente pétrolière qui leur est favorable.

Macky Sall a été choisi pour faire ce travail qui a commencé avec le référendum de 2016 et sa bataille pour le respect des droits d’autrui. Mamadou Lamine Diallo d’ajouter :» Macky Sall a bénéficié dé la bienveillance de là communauté internationale et de sa société civile locale pour changer la constitution et la loi électorale à sa guise et ainsi, avec le parrainage et la justice, organiser une élection piésidentielle à cinq compétiteurs.

C’était sans compter avec la perspicacité de l’opposition démocratique qui a déjoué le plan dont la base est une abstention massive. Elle s’est investie dans le soutien des candidats de l’Opposition pour mettre Macky Sall en ballotage. Ses parrains européens sont inquiets. Va-t-il réussir son coup d’état électoral préparé de longue date avec le gonflement du nombre d’inscrits de 300 000 par rapport aux données du parrainage?» Ce qui explique, selon lui, «la sortie du Premier Ministre Boun pionne violant la loi électorale encore une fois. Il porte l’entière responsabilité de la suite des évènements. L’opposition portera plainte contre lui.

Pour une partie de la communauté internationale, le régime politique qui permet un accaparement maximum de la rente pétrolière est l’autocratie familiale à soubassement ethnique ou régionaliste comme en Afrique Centrale. Macky Sall a pris la responsabilité d’exécuter ce projet au Sé-négal avec le conseil discret et efficace Ou, Président Abdou Diouf. A dire vrai la démarche de Macky Sall est la même que celle de Abdou Diouf.

Ce n’est pas par hasard qu’il a réussi à dompter les trois dauphins de Abdou Diouf, Niasse, Tanor et Feu Djibo Ka» Dans le fond donc, «on assiste à un duel à distance entre Wade et Diouf comme en 2000. Diouf en a conscience, je ne suis pas sûr pour Wade.En tout état de cause, l’avancée démocratique du Sénégal commande de se débarrasser de Macky Sall, n’en déplaisent à ses parrains européens. La gouvernante du gaz sera démocratique ou Re sera pas», selon le leader de Tekki.

Amadou Ba, Marième Faye Sall : le duo de choc qui a offert Dakar à Macky Sall

C’est connu. La victoire de la coalition présidentielle de Benno bokk yakaar (Bby) sur les listes concurrentes à la Présidentielle du 24 février dernier, ne souffre d’aucun doute à Dakar. Bastion électoral jadis imprenable par le camp du pouvoir depuis 2012 excepté la grisaille des Législatives de 2017, Dakar est finalement, tombé. Toutefois, à cette élection présidentielle selon Colonel Malick Cissé, une dame a joué un rôle prépondérant dans cette victoire.

Car, au-delà du Délégué régional, Amadou Bâ, la première Dame qui a bravé la chaleur, le vent et la poussière et toutes ces intempéries, a apporté sa touche. Elle a sillonné aux côtés d’Amadou Ba, qui apparaît désormais comme le patron de la capitale, les rues et ruelles de Dakar à la quête de voix pour le candidat Macky Sall. Pour Colonel Malick Cissé, c’est le «charisme populiste» de Mme Marieme Faye Sall qui a fait la différence et fait gagner dans la capitale, le Président sortant, Macky Sall.

A l’en croire, Senghor et Wade savaient galvaniser les Sénégalais jusqu’au fond de leur existence. «Ces Présidents étaient très près du pèuple dans leur vécu quotidien et leur humeur même déraisonnée. Ce qui les a, à ce jour, fixé dans le subconscient des Sénégalais», a commenté l’ancien ministre conseiller de Wade.

Toute fois, poursuit-il, au-delà du charisme étatique et des bilans productifs, Diouf et Macky sont restés des adeptes du charisme étatique. Cependant poursuit Colonel Malick Cissé, force est de constater que l’histoire politique du Sénégal a démontré que les sénégalais ne votent pas par «raison» mais tout au contraire, les Sénégalais votent par émotion et surtout par les émotions des dernières semaines. «Le constat a démontré que les tourne:.,s et visites que la Première Dame à effectuer dans les communes quelle a physiquement visitées, ont bien eu les résultats bénéfiques pour le candidat Macky Sall», a-t-il soutenu avant d’affirmer que cette «leçon politique doit conduire pour les prôchaines échéances électorales à une relecture stratégique électorale».

Madické Niang contre “toute tentative de confiscation de la volonté du peuple”

Dans un communiqué publié hier, Madické Niang “dénonce avec fermeté les arrestations des jeunes de l’opposition qui manifestaient ce mardi devant les grilles de la Rts pour exiger de la Commission de Recensement des Votes des résultats conformes à la volonté populaire».

Conformément à sa déclaration, suite à l’annonce des premières tendances issues des urnes au soir du 24 février, le Président Madické Niang rappelle qu’il a été le premier à condamner la déclaration inacceptable de Monsieur Mouhamed Boun Abdallah Dionne usurpant les fonctions de la Commission nationale de Recensement des Votes, seule habilitée à proclamer les résultats provisoires.

Il rappelle aussi qu’il avait dénoncé les manipulations de ce dernier quand il avait annoncé qu’il n’y aura pas plus de cinq candidats à l’issue du parrainage”, d’après le communiqué. Aujourd’hui, «le Président de la Commission nationale de Recensement des Votes, un certain nombre d’acteurs de la Société civile et d’éminents Professeurs d’université ont reconnu la justesse de sa position et confirmé le caractère irresponsable de toute publication prématurée de résultats chiffrés.

Dans cette lancée, le Président Madické Niang s’oppose à toute tentative de confiscation de l’expression de la voIonté populaire, laquelle renvoie éventuellement à l’organisation d’un second tour. Il demande fermement au Président sortant Macky Sall d’oeuvrer pour la paix et la stabilité du pays et de respecter la volonté populaire» selon le déclaration.

Aminata Touré : «Les bathieu prévus se révèlent au grand jour»

Comment les tendances, Aminata Touré raille les candidats de l’opposition affirmant que la «raclée prévue» se révèle au grand jour.

Les Commissions Départementales de Reensement des Votes parlent officiellement. Les unes après les autres, elles révèlent, les « bathieu »’ou les grosses raclées en langue de Molière se révèlent au grand jour. Les prémisses d’une large victoire de notre candidat Macky Sall s’enchaînent.

Même Dakar-la Rebelle choisit Macky Sali, notre Saloum l’adoube (à près de 7o%), comme du reste les 42 départements sur les 45 que compte notre cher Sénégal. Comme nous savons faire des additions, nous n’allons pas bouder notre plaisir. N’en déplaise aux colporteurs de fausses nouvelles qui squattent les médias en désespoir de cause.

Notre candidat est en passe de remporter largement cette élection présidentielle et ce n’est que mérité au regard du bon travail qu’il a accompli à la tête du pays. Mais comme nous sommes des républicains, la célébration intégrale attendra impatiemment la déclaration de la Commission Nationale de Recensement des Votes».

Macky massacre ses adversaires à Podor

S’il y a un ministre du gouvernement de Mahammad Boun Abdallah Dione qui a droit a des félicitations publiques c’est bien le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement. C’est en tout cas l’avis des militants et mili. tantes de Benno Bokk Yaakaar du département de Podor.

D’abord pour avoir conduit les troupes à la victoire à cote de son frère et ami Cheikh Oumar Hann,Direccteur général du coud,mais aussi pour avoir été le coordonnateur du département qui a obtenu le meilleur score pour le candidat Macky Sall.

En effet, d’après les résultats rendus pu-blic par la commission de recen-sement des votes, dans l’ensemble du département le nombre de votants est de 138.198, avec des suffrages vala-blement exprimés qui s’élèvent à 136.665. Ainsi Macky Sall, can-didat de la coalition Benno Bokk Yaakaar se retrouve avec 127.649 voix, soit un taux de 93,4%. Il est suivi par le candidat Ousmane Sonko qui a obtenu 4 802 voix, soit un taux de 3,51% . Le candidat Idrissa Seck arrive en troisième position avec un score de 2 8o6 voix, soit un taux de 2,05 %. Le candidat Me Madické Niang arrive en quatrième position avec 310 voix, avec un taux de 0,37%. Quant au candidat Issa Sall, il a pu obtenir 908 voix, soit un taux de o,66% . Ce qui donne un taux de participation de 66,46 % . Ainsi, après avoir participé activement dans la pré campagne avec plus d’une dizaine d’inaugurations et de lancement de grands travaux, M. Abdoulaye Daouda Diallo, s’est encore illustré sans tambours ni trompettes.

PRESIDENTIELLE : Les Etats-Unis saluent la «transparence» du scrutin

Dans une déclaration publiée hier, les États-Unis ont salué la transparence des élections. Nous félicitons les Sénégalais pour ce scrutin pacifique.

Nos équipes d’observateurs ont sillonné le pays et ont été impressionnées par l’organisation et la discipline du processus électoral. Nous attendons patiemment la publication des résultats officiels et nous nous réjouissons de travailler avec le président élu du Sénégal», affirmént les États-Unis à travers leur ambassade à Dakar. «Nous valorisons notre relation avec le Sénégal, qui est enracinée dans des valeurs communes la prospérité, la sécurité et la bonne gouvernance», ajoute la déclaration. Koura Fall

L’Union africaine et la Cedeao décernent un satisfecit au Sénégal

La mission d’observation de l’Union africaine, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ont décerné, lundi 25 févier 2019, un satisfecit au Sénégal et félicité les Sénégalais pour l’organisation et le déroulement du scrutin.

Selon Albert Pahimi Padacké, ancien Premier ministre du Tchad et président de la mission d’observation élec-torale de l’Union africaine, « son équipe d’observation composée de 26 membres, vient de 26 pays a noté quelques dysfonctionnements mineurs mais que les élections se sont passées dans les meilleures conditions».

La mission d’observation électorale de la CEDEAO, a également jugé satisfaisant le scrutin. D’après Yayi Boni, le chef des observateurs de l’institution, «l’élection s’est déroulée en toute démocratie dans une ambiance calme, sereine, dans la paix, dans la transparence civique et patriotique ».

Cependant, la mission de l’organisation sous-régionale a relevé quelques couacs, notamment le
transfert d’électeurs dans d’au-tres bureaux de vote.

VIOL : Accusé de viols répétés d’une mineure de 15 ans, I. Sène se défend qu’il ignorait l’âge de la victime

Viols répétés sur une fille de 15 an, abusée sexuellement à travers différents réceptifs de Mbour. Le sieur I. Sève qui répond de ces accusation, n’a pas daigné nier l’évidence. Il s’est défendu qu’il ignorait l’a, de la victime et donc Li minorité de celle-ci.
Une allure tic viol. une émeris: qui allonge la longue lute des fans de mœurs à Mbour. retient toutes les amenons au Ainouniane.

Ce. à la suite de l’rarrestion du mis en cause, le sieur I. Séne interpolation ponctuée par une forte mobilisation du voisinage qui a , d’assaut les abords du commissariat de police de la localité pour s’enquérir de la suite donnée à l’affaire Et dire que des proches du mis en cause, I. Séne, avaient tenté en vain d’étouffer l’affaire par le moyen d’une médiation.

C’était sans compter avec l’obstination des parents de la victime, déterminés à aller jusqu’au bout. Comment cri est-on arrivé là Cest tout d’abord la maman de la victime qui. avisée cia farts. a narré dans les moindres &lads la mésaventure de sa fille à son epoux. ldfaire s’ébruite et telle une !rainée de poudre. fait k tour du quartier Mors. craignant que l’affaire ne connaisse une suite judiciaire, k mis en cause a choisi de puer son va-tout pour ne pas en amver à ce stade. Il prend langue avec k père de sa victime et tente une médiation Malheureusement pour lui. la more de la mineur avait pris I. dnants, en acheminant sa fille en consultation auprès du gynécologue de lhôpital de Mbour. Au sortir de cette étape, elle a truc la puce à l’oreille de la police, qw a nus en branle la machine Judiciaire- Entendue. Je. 1 mineure dira avoir connu I. Sène par fintermediaire d’une copine.

Elle précise que Sérac avait sorti le grand jeu pour la séduire mas qu’elle lui avait opposé un refus catégorique. Ce qui n’avait pu pour autant émoussé 1es ardeurs du Don Juan. qui multipliait et diversifiait ses opérations de charme. Un pur. se trou-vant cher.. aine. rekve•t-elle, L Sine qui l’y a retminee. lui a demandé de l’accompagner quelque part.• Cc qu’a accepté U mineure. C’est ainsi que les deux sc sont engouffrés dans un vehicuk. direction une auberge situee sur ta route de J, ,L Là.

Sine a pris une chambre dans l’intimité de laquelle il a cou-ché avec sa compagne mineure. ..1s préservatif, • Dans sa déposition, la victime expliquera avoir été violée par son compagnon. qui après coup. l’avait menacée de représailles si elle pipait mot de leur tntinute à une tierce personne. Depuis cc jour. conclut-elle, L Sée l’entminait .ivant ses envies à travers différentes auberges de Mbour pour entretenir des rapports sexuels. Au total, liste-t-elle. elle a eu 4 rapports sexuels avec Sène. Cueilli par la pob7c.,*1. Séné a terdé de sc tirer d’affaire, arguant que la mineure était conseil-tante. Mieux. qu’il ignorait rage réel de la fille, avant de présenter ses excuses Au terme de sa détention légale. I. Sème a été &fere au parquet de Mbour pour %lob répétés sur mineure.

PERSONNEL DE BUREAU DE VOTE : 12 000 FCfa pour une bonne marche du scrutin

Ils sont au coeur du scrutin le jour du vote, mais sont très peu connus. Hommes et femmes de l’oxnee, ils assurent la bonne marche du scrutin. En toute discrétion. Au début et ,à la fin du système, les membres du bureau de vote guident et orientent ,leecteur jusqu’à l’accomplissement de son devoir citoyen.

Constitué de 10 personnes pour cette élection présidentielle, le bureau de vote comprend un président, deux assesseurs, un secrétaire, un représentant de la Cena (Commission électorale nationale autonome) et des cinq représentants des candidats à la Présidentielle de ce dimanche 24 février. «A la survenue de chaque élection, une note est transmise aux différents chefs de services régionaux, à savoir : la Senelec, la Sones, la Sde, le Port et le corps enseignant. Ces services nous fournissent une liste de noms et une base de données est constituée.

C’est souvent à partir de cette base de données que les membres des bureaux de vote sent choisis. La plupart du temps, ce sont des fonctionnaires en activité ou à la retraite, avec un certain niveau d’instruction», renseigne une autorité territoriale qui a requis l’anonymat. Ce n’est pas seulement cette catégorie qui peut être retenue.

Dans le cas où il’ y attrait une absence ou un gap à combler, la loi permet à la commission de choisir un citoyen lambda avec comme condition qu’il.soit instruit. Les membres du bureau de vote qui ont l’obligation (etre présents à leur lieu d’affectation de 711 du matin jusqu’au dépouillement final, reçoivent une indemnité de trans-port ou perdiem de 12 000 FCfa.

MACKY SALL AVERTIT : «Ceux qui tenteront de sabc ter le scrutin auront affaire avec Ia loi»

Ce dimanche, les Sénégalais sont appelés aux urnes pour choisir celui qui devra présider aux destinées du pays durant les cinq prochaines années. Cinq candi-dats sont en lice : le Président sortant, Macky Sall, Idrissa Seck, Madick: Niang, Odmane Sonko et Issa Sall. Lors de son meeting de clôture hier au stade Léopold Sédar Senghor de Dakar, Macky Sall a tenu à rassurer les électeurs, quant à la sécurisation du scrutin, mais aussi à avertir ceux qui seraient tentés de saboter le vote. Il dit : «Dimanche, réveillez-vous tôt pour aller dans les bureaux de vote avant 8 heures.

Je serai à 8 heures 00 minutes à Fatick. Il ne se passera rien. Ceux qui tenteront de saboter le scrutin auront affaire avec la loi. Iltat garantira votre sécuri,té. Personne ne peut saboter le scrutin. Tout va bien se passer. Nous sommes dans un Etat. Ne vous laissez pas ébranler. Allez voter.»

MISSIONS D’OBSERVATION : La Cena rassure la Cedeao, l’Ua et l’Oif

La Commission électorale nationale autonome (Cena) a reçu hier une forte délégation des commissions de la Cedeao, de l’Ua et de l’Off, dirigée par Boni Yayi, ancien Président du Benin. Ils ont échangé sur les questions qui préoccupent la Communauté nationale et internationale, concernant la Présidentielle de ce 24 février.

A deux jours de l’élection présidentielle, la Commission électorale nationale autonome (Cena) a reçu les commissions internationales et nationales qui sont en mission dbbservation du déroulement des élections. Après la Commission de l’Union européenne (Ue), la Cena a reçu hier la délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) dirigée par l’ancien Président du Benin Yayi Boni, celle de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oit) avec Patrice Emery Travoada, ancien Premier ministre de Sao Tomé, et celle de l’Union africaine (Ua), conduite par Albert %blini Padacke, ancien Premier ministre du Tchad. Pour une élection calme et transparente, les délégations ont été envoyées pour voir les derniers réglages et vérifier certains problèmes avec la Cena.

Selon le pré-sident Doudou Ndir, comme à l’accoutumée, à chaque fois qu’il y a des événements aussi importants de la vie politique nationale, des amis viennent s’enquérir des conditions dans lesquelles cet événement se déroule. Les questions qui préoccupent la Communauté nationale et internationale, notamment le déroulement du processus électoral, la distribution des cartes électeur, le fichier électoral, le parrainage, le déplacement de certains bureaux et centres de vote qui ont affecté 53 000 électeurs dans un petit département du pays, ont animé le débat.

Le président de la Cena d’affirmer qu’ils ont répondu avec responsabilité dans le cadre de ce que la loi leur permet de faire. Avant d’expliquer que des instructions avaient été données aux démembrements de la Cena, leur indiquant de prendre en charge le problème de distribution des cartes d’identité. «Pour le problème du plan de ramassage, il s’agit beaucoup plus de remonter les données, c’est-à-dire de l’achemineinent du procès-verbal à partir des bureaux de vote.

Une fois que le dépouillement sc termine et que toutes les parties prenantes du bureau de vote ont signè sur le procès-verbal de dépouillement, il est escorté c transmis au siège du ‘l’ribunt d’instance et remis entre les mains du président du Tribunal ou du juge qui est désigné pour présider les travaux de la Commission de recensement des votes à l’échelon départemental. Ce Pv doit être signé par tous les partis politiques qïi sont membres du bureau de vote et affiché à la porte de chaque . bureau.

Il est également signé par le représentant de la Cena qu’il accompagne lui-même avec les forces de sécurité jusqu’au siège du Tribunal», note M. Ndir. Avant d’ajouter que la Cena veillera, dans tous les bureaux de vote, à faire en sorte que tout le matériel soit en place la veille et dans l’ordre prescrit par la Constitution, notamment la disposition des bulletins de vote dans l’ordre selon lequel le Conseil constitutionnel a validé les candidatures. «Et s’il y a un dysfonctionnement à cc niveau, qu’on intbmie la Cena pour qu’elle prenne toute les dis-positions nécessaires dans la matinée pour alerter les autorités sur les manquements constatés par nos démembrements qui sont sur les lieux pour (ilion aille veto tranquillement», conclut-il.